01/04/2006

LE CHEMIN DE LA VIE

 

C'est un homme qui prend sa voiture et fais un long trajet.

Sur son chemin, il voit une personne faire du STOP ; il s'arrête et lui demande :
Qui es tu ?
L'homme lui répondit : Je suis le
DOLLAR
L'automobiliste tout content lui dit monte, tu es le bienvenu.


Il continua à rouler et vit une autre personne faire du STOP. Il s'arrêta et lui dit:
Qui es tu ?
L'homme lui répondit : Je suis l'
EURO
L'automobiliste tout ému, et tout content, lui dit monte, tu es le bienvenu.


Il continua à rouler et vit une troisième personne faire du STOP, il s'arrête de nouveau, et lui dit:
Qui es tu ?
L'homme lui répondit : Je suis le "
DOUNIA" (tout le bas-monde)
L'homme sauta de joie, et lui dit monte, tu es le bienvenue.


Il continua à rouler, tout content, possédant le DOLLAR, l'EURO et DOUNIA, et vit une autre personne faire du STOP, et lui posa la même question que les précédents:
Qui es tu ?
L'Homme lui répondit : Je suis le "
DINE" (la religion)
L'automobiliste lui dit, j'ai déjà tout: le DOLLAR, l'EURO et le DOUNIA. Je n'ai pas besoin de toi. Plus tard peut-être répondit-il.
L'automobiliste laissa le DINE, et reparti sur sa route.

 

Il vit encore une autre personne faire du stop, s'arrêta, et comme tous les autres, lui demanda : Qui es tu ?
L'homme lui répondit : je suis l'
ange de la mort
L'automobiliste lui dit :
Attends, je vais faire demi tour, et ramené le DINE avec moi, je t'en supplie.
L'ange de la mort lui dit que c'était trop tard, qu'il a déjà eu sa chance, et qu'il fallait la saisir au bon moment, lorsque le DINE s'est présenté à lui...

Et l'ange de la mort prit son âme.............

Ce qu'il faut retenir dans cette histoire, c'est qu'il faut toujours rester dans le droit chemin, et laisser un peu DOUNIA de côté... Et faire un maximum de bonnes oeuvres.

Lorsque l'ange de la mort passe, il n'y a plus moyen de faire demi tour. Il te prend ton âme, ton coeur et tes actions (bonnes et mauvaises)...

13:34 Écrit par Fatma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.