27/09/2005

UN SECRET SUR LA PRIERE

On peut lire sur l'ombre de la  personne qui prie: "ALLAHU EKBER"

Les  cinq étapes correspondent aux différentes positions répétées durant la prière.

Allahu Ekber c'est l'ouverture à la prière et c'est ce qu'on répète pendant la prière.

ça signifie "Dieu est Grand"


12:09 Écrit par Fatma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

SECRET DE BEAUTE

En tant qu'être humain, nous sommes attirée par ce qui est beau, par ce fait, la femme cherche à s'embellir, pour plaire à celui qu'elle aime, mais pourtant la beauté est bien éphémère, car les années nous font vite penser que l'âge avance, par les cheveux blancs, les rides ainsi que l'état générale du corps... pourtant, une femme sera toujours jolie si elle prend soin de son intérieur... nul besoin d'artifice, pour posséder une quiétude d'esprit

Le langage, la moralité, la pudeur, l'entraide demeurent les meilleurs moyens pour se garder jeune et de dégager une beauté spéciale... Comment de femmes qui pour un la trouve ordinaire, voir même laide si il ne la connaisse pas par son intérieur, tandis que ceux qui la connaisse voit une beauté inestimable, d'autre au contraire trouveront une femme super jolie, mais l'intérieur gâche son  charme, qu'avec le temps, il se détachera ...

Bonne Lecture  :-) 

 

Secret de beauté

 

 

Pour des lèvres attrayantes, utilisez les mots les plus doux.

Pour de beaux yeux, cherchez le bien dans votre entourage.

Pour un visage mince, partagez votre nourriture avec le pauvre.

Pour des cheveux soyeux, laissez un enfant y passer ses doigts une ou deux fois par jour.

Pour l'équilibre, marchez avec la certitude que vous ne marcherez jamais seul.

La famille et les amis doivent être traités avec le plus grand soin et beaucoup d'amour ; Ne jamais jeter dehors quiconque.

Rappelez-vous, si vous avez besoin d'une main aidante, vous en trouverez une à l'extrémité de votre bras. Car en vieillissant, vous découvrirez que vous avez deux mains, une pour s'aider, une autre pour aider les autres.

La beauté d'une femme n'est pas dans les vêtements qu'elle porte, ni dans son physique, ni dans la manière de se coiffer les cheveux. La beauté d'une femme doit être vue dans ses yeux, car c'est la porte de son coeur, l'endroit où réside l’amour.

La véritable beauté d'une femme est reflétée par son âme. C'est la chaleur qu'elle donne affectueusement, la passion qu'elle montre.

Et finalement, la beauté d'une femme, avec les années, ne cesse de croître.


12:07 Écrit par Fatma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

OUVRE TES YEUX AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD !!

Il était 4 h du matin Lorsque la mort frappa à la porte.

Qui est-ce ? S'écria l'homme hébété.

Je suis Izraël. Laisse-moi donc entrer!

Alors l'homme se mit à trembler, Comme pris d'une fièvre subite. Il cria à sa femme endormie : Ne le laisse pas me prendre la vie ! S'il vous plaît, O Ange de la mort ! Laissez-moi, je ne suis pas encore prêt. Ma famille vit à mes dépens, De grâce, ton acte suspend.

Déjà l'ange de la mort se tenait au seuil de sa porte. Ô mon ami, l'ordre d'Allah ne peut être différé, Prépare-toi, pour la tombe, C'est pour maintenant.

Je te couvrirai d'or, Mais épargne-moi la tombe sombre.

Pourquoi as-tu peur, ô homme, de mourir selon le vœu d'Allah ? Viens, souris-moi et ne t'attriste point, Soit heureux de revenir vers Lui.

Ô ange j'ai honte de moi, je n'avais pas le temps de penser à Allah, Du matin au soir, je faisais ma richesse sans pensée pour ce moment. Aux ordres d'Allah, je n'ai point obéi, Tout comme jamais, cinq fois par jour, je n'ai prié. Les "Ramadhan" venaient, les "Ramadhan" passaient, Mais toujours sans mon repentir. Le Hajj fut déjà Faraz sur moi, Mais de mon argent, je ne voulus point me départir. La charité, j'ignorais, Mais l'usure et l'intérêt, je m'en accaparais. Mes engagements, j'oubliais. L’administration, je craignais, De ma foi, j'avais honte. Le blâme des mécréants m’effrayait. La détresse de mes frères m’ennuyait. Les artifices de ce monde m'attiraient. Les mécréants, j'imitais, Le champagne et le vin, j'appréciais. Les femmes m'attiraient. Malheur sur moi! Ô ange, accorde-moi donc un sursis.

J'ai peur, dit l'ange, que ce moment soit le dernier de ta vie. Ne sais-tu pas, qu'à la mort, goûtera chaque âme ? Tu as vécu dans ce monde et tes parents tu as négligé, Tandis que le mendiant, affamé, tu repoussais. Tes filles chantent et dansent dans les boîtes de nuits. Tes fils se sont perdus avec des femmes sans vertu ni foi. Au lieu de procréer des musulmans, Tu as fait de tes enfants des mécréants. Riches, mais si pauvres ! L'appel du muezzin, tu ignorais, Tout comme le Coran t'est étranger. Tes promesses ne furent jamais tenues, Et ton arme favorite était la calomnie. Tes employés, tu sous-payais, Et le fruit de leur travail, tu récoltais, Jamais partagé avec le pauvre ou l'orphelin. Les malades tu fuyais la compagnie.

Ô ange de la mort, Je sais, j'ai honte

Que n'ai-je reçu de ta part, Des signes, quelques avertissements, De cette mort si imminente ! Âme misérable, le Créateur y a pourvu. Point donc ne L'insulte, Il est parfait. Mais à Ses signes tu restais sourd et aveugle. Tes cheveux blancs t'annonçaient le retour... Ta vue faiblissante t'annonçait le retour... Ta force qui s'étiole t'anonçait le retour… Ton échine recourbée t'annonçait le retour... Voilà des avertissements suffisants, Pour des gens qui réfléchissent ! Mais ta préoccupation se confinait à ce monde. Puisque le Coran tu as ignoré, Sache au moins alors, qu'il y était écrit Que ce monde n'est qu'un éclair devant l'éternité. Mais les avertissements du Coran, tu as dédaigné! Cesse de pleurnicher, O humain! Vers ton Créateur sera ton retour, Car ton âme je la prends maintenant. Le répit m'est interdit.

Un cri de l'homme et sur le sol il s'affaissa. Son corps immobile, son visage éteint. Il semblait se reposer, du sommeil éternel. Son corps ne pouvait simplement plus exprimer La douleur alors toujours intense de l'âme qu'on arrache. La vie, des fois, peut réserver des surprises, mais jamais la mort. Car enfin, chacun sait bien, qu'il est né... pour un jour, mourir !


12:05 Écrit par Fatma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

AIMER ??

Pourquoi aime-t-on au fond ? Quelle est la source, et le sens et la finalité de l’amour ? Pourquoi sent-on un jour qu’un amour naît, pourquoi sent-on un jour qu’un amour meurt ? Pourquoi pour ses parents, ses enfants, pourquoi, tout au fond, l’amour presque invariablement demeure ? Comment aime-t-on ? Pourquoi aime-t-on, au fond ?

La vie nous apprend à apprendre, à nous blesser, à nous relever, à mûrir. La vie est révélation et lorsque notre cœur et notre intelligence se tournent vers Sa Révélation, nous comprenons un peu le sens, le mystère, le sens de ce mystère. Il y a plusieurs façons d’aimer : Le Très Doux nous offre l’amour avec l’essence même de notre nature et nous invite à continuer notre quête de l’amour, des êtres, de la Création, de Son amour.

Il y a plusieurs façons d’aimer. Soi, par égocentrisme ou égoïsme. Une obsession de soi jusqu’à l’orgueil et l’arrogance. Un amour tellement naturel, un amour tellement dangereux. Ne voir le monde qu’à travers soi : s’aimer au point de ne penser qu’à soi et, au cœur de ce mystérieux paradoxe, s’aimer au point de s’oublier.

Aimer sa mère, son père, son mari, sa femme, sa fille, son fils, dans le creuset des habitudes : ne plus rien apprendre de cet amour que dans les accidents ou les absences. Devenir inattentif devant de si habituelles présences...étrange paradoxe, ... devenir aveugle de trop voir. Perdre le sens parce que l’on est gagné, noyé, emporté par ce quotidien tant répété.

Observer ses amis, les êtres humains et le monde et questionner son cœur. Pourquoi vous ? Pourquoi vous aimer ? Vos apparences ? Vos qualités ? Vos goûts ? Aimer au nom de ce que l’on sent, parce qu’on le sent « vraiment ». Le feu quand tout commence, les cendres quand tout finit... à cause des trahisons, des défauts, des blessures. L’amour qui rend aveugle et la séparation si clairvoyant. Un autre paradoxe... une braise qui est à la fois la chaleur de nos amours et l’infinie brûlure de nos souffrances.

Apprendre à aimer. Tel est le message de toutes les spiritualités : on peut aimer pour s’aimer, soi, autrui, l’univers ; on peut aimer pour se dépasser soi, soi et autrui ; soi et l’univers. Dans la proximité du divin, on apprend qu’il faut chercher, s’initier, briser, façonner, rompre et renouveler. Chercher le sens de nos amours ; s’initier aux secrets des espérances et ne pas s’arrêter à l’évidence des qualités ; briser l’ego et les apparences ; façonner le regard et les exigences ; renouveler la lumière de son cœur et de ses yeux et, comme on jeûne, apprendre à rompre pour recommencer. Etre deux, avec soi, avec Dieu, avec toi... un don, une épreuve, une souffrance, une espérance.

Près de toi ou sans toi. Pourquoi aime-t-on ? Pourquoi se sépare-t-on ? Pourquoi, au fond ? Sur la route il convient d’apprendre que Son amour comme nos amours, que nos rencontres comme nos séparations, sont des initiations : on peut aimer un parent, un être, sa beauté, ses qualités ; on peut aimer ce qui est et ne connaître, finalement, que la blessure et la souffrance. On peut apprendre à aimer, au-delà de ce qui est, l’horizon qui nous unit. Se dépasser pour Lui, chercher ensemble la route qui mène à Sa lumière... aimer le sens, le chemin, autant que la destination et le destin. Un effort continué, un jihâd de l’amour. Lever les yeux devant et apprendre cet amour et la liberté. Se dépasser et se libérer des amours qui enchaînent et emprisonnent : ces amours « finis », parfois idolâtres, parfois trompeurs à proximité de notre animalité. Un travail infini, jamais fini, plein de tristesse, de blessures et de larmes. Ici-bas, une vérité : qui aime vraiment doit apprendre à pleurer. La vie. L’amour et la vie.

Pourquoi aime-t-on au fond ? D’aucuns aiment à s’enchaîner, d’autres à se libérer. Un mystère. L’Unique nous appelle, nous invite et nous dit « Va ! Aime ! Aime du plus profond de ton être ! » Il faut aller ! Mets toi en route, cherche et poursuis ta quête : l’amour qui vient à toi n’est point celui que tu cherches. Une illusion, une prison. L’amour que tu cherches, l’amour que tu apprends t’initie à la liberté : seul, à deux, par milliers, il t’apprend à dire « Je L’aime » et, du tréfonds de ton cœur, sentir te sentir être aimé. Alors il faut lever les yeux devant, nourrir cette liberté, et offrir tout ce que l’on a d’amour aux siens, à l’univers, à l’humanité. En passant ou en restant. Par-delà cette vie. L’Amour et la vraie Vie.


12:02 Écrit par Fatma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

AFFAIRE DU VOILE ET LAÏCITE : LE PIEGE !!

On sait que la majorité des Français (60 ou 70 % ?), (il n'y a pas de statistiques précises à ce sujet) ont pour unique moyen d'information la télévision. Or, que voient-ils quand ils allument mécaniquement leur petit écran ? A part les émissions de variétés, de sports, de jeux, et les publicités pour des voitures ou des parfums (il faut se rappeler que l'automobile est la première industrie mondiale et que l'Oréal est la première entreprise française), et quand ils ont réussi à sauter toutes les interviews de Laurent Fabius et de Tarik Ramadan, les deux vedettes du moment (mais pour lequel, déjà, faudra-t-il voter en 2007 ?), ils en arrivent enfin au morceau de choix : les "informations".(pour ne pas dire la désinformation) Et là, de quoi leur parle-t-on ? Ce ne sont qu'attentats, ce ne sont qu'ambulances hurlantes, que blessés et mourants, que sang sur le pavé, ce ne sont que G.I. désespérés réconfortés par la dinde de Thanks Giving que leur a apportée G.W.Bush, en un mot il n'y a que de la propagande, et pour ce qui se passe en France on ne voit que le voile islamique, la ségrégation des sexes dans les piscines, et les musulmanes qui refusent de se faire examiner dans les hôpitaux par des médecins hommes. Propagande, mais propagande pour qui ? contre qui ? Heureusement il y a les inondations qui nous permettent de respirer un peu, parce que là tout le monde est d'accord : et si cela vous arrivait, à vous ?

Soyons sérieux : la télévision n'est pas seule en cause, tous les médias sont complices, et bien rares sont les articles ou les émissions qui nous apportent de vraies informations et des réflexions objectives. Il faut le dire clairement : l'affaire du voile islamique est la machine de guerre qui a été montée depuis treize ans pour détruire la laïcité = (Taghout). Montée par qui ? pour quoi ? et secondée par qui ? qui a intérêt à ce crime ? La pire erreur serait de tomber dans le piège des médiass et de croire que le monde est actuellement divisé en un parti du bien et un parti du mal, que vous situiez le premier à l'Ouest et l'autre à l'Est, ou bien l'inverse. Certains disent même que le 11 septembre 2001 a été le commencement de la troisième mondiale. Si c'était vrai, il faudrait donner raison au sinistre Samuel P. Huntington, ce prétendu sociologue, idéologue géopolitique, principal conseiller des présidents américains, dont toutes les analyses prouvent que les États-Unis sont menacés, et que pour les sauver, il faudra, un jour ou l'autre, faire la guerre à la Chine, et pour commencer mettre hors d'état de nuire ses satellites, les pays auxquels elle vend des armes : l'Irak, l'Iran, la Corée du Nord… ceux que G.W.Bush, précisément, appelle " les pays voyous". Et de leur côté, en montant en épingle quelques cas isolés, en répandant la confusion sur la laïcité à l'école, dans les piscines et dans les hôpitaux, les médias français nous invitent à rejoindre le camp du bien, à lutter contre le mal bien identifié, donc à devenir racistes, comme si le monde était à la veille d'un conflit Est-Ouest généralisé, et pourquoi pas atomique ? Il est vrai que les budgets militaires n'ont jamais été si importants, USA en tête, évidemment. Mais remettons les choses en place : les pays occidentaux ne sont pas occupés par une soldatesque musulmane, ce serait plutôt le contraire. On voudrait nous imposer l'amalgame : arabe = musulman, musulman = fanatique, fanatique = terroriste, mais il y a des musulmans tolérants, il y a même des Arabes athées, et tous les musulmans ne sont pas arabes. Certains, affolés par la " montée de l'islamisme ", proposent de " revigorer le vieux christianisme " qui au moins était tolérant (???) pour barrer la route à l'islam. Mais ce serait céder à la pression conjointe des extrémistes musulmans et des médias qui jouent leur jeu en faveur d'autres extrémistes, ceux qui attendent leur revanche sur la Révolution française et la loi de 1905. La réalité est tout autre : à notre époque, la laïcité progresse dans tous les esprits, y compris chez ceux qui ont reçu une formation chrétienne, juive ou musulmane. La laïcité n'est pas une religion, ce n'est pas non plus une anti-religion, ce n'est pas " l'exception française ", c'est un idéal universel ???. (QUI EST-CE QUI A COMPRIS L'IDEAL UNIVERSEL?  L'ISLAM N'EST IL PAS UN IDEAL UNIVERSEL ?) On sait depuis longtemps que les journalistes cherchent avant tout le sensationnel, mais jeter de l'huile sur le feu, jouer avec les nerfs et la conscience des citoyens, c'est un travail aux conséquences néfastes. Il faut savoir garder raison, et expliquer inlassablement que les droits de l'homme, la laïcité et les acquis sociaux doivent être défendus et étendus, et qu'on ne combat pas le fanatisme par un contre-fanatisme, mais par la tolérance, que Voltaire, au XVIIIème siècle, définissait parfaitement : " Je ne partage pas vos idées, je les combats, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez les exprimer. " On aimerait que ces idées simples et saines, l'humanisme, le pacifisme, le rationalisme, fruits d'un long combat contre le fanatisme, ne soient pas seulement chuchotées par de petits groupes, mais puissent enfin s'exprimer comme elles le méritent à la télévision et dans les médias, et servent à écarter les cauchemars dont on nous menace.


12:00 Écrit par Fatma | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |